0

Amnesty dénonce la discrimination anti-musulmans en Europe

Par C.B.
Une femme en niqab lors d'un rassemblement contre l'islamophobie et le racisme ordinaire, à Bern, en octobre 2011.

Une femme en niqab lors d’un rassemblement contre l’islamophobie et le racisme ordinaire, à Bern, en octobre 2011. (Photo Michael Buholzer. Reuters)

L’organisation publie une étude portant sur la Belgique, l’Espagne, la France, les Pays-Bas et la Suisse.

C’est un rapport qui tombe deux jours après le score historique du Front national au premier tour de l’élection présidentielle française (17,9% des suffrages exprimés). Intitulé «Choix et préjudice : les discriminations contre les musulmans en Europe», publié ce mardi par Amnesty International, il vise à ausculter «en quoi la discrimination fondée sur la religion ou les convictions affecte divers aspects de la vie des musulmans», notamment en matière d’emploi et d’éducation.«Même dans les pays où la discrimination fondée sur la religion ou les convictions est illégale», note l’ONG.

L’étude n’a pas de visée statistique mais résulte d’un travail de terrain (entretiens individuels et auprès d’associations et organisations) mené courant 2011 en Belgique, en Espagne, en France, aux Pays-Bas et en Suisse.

Il en ressort que les musulmans affichant des signes extérieurs d’appartenance à l’islam (voile, barbe, symboles…) se heurtent bien à plusieurs barrières. Lesquelles ? «On refuse aux femmes musulmanes des emplois uniquement parce qu’elles manifestent leur appartenance à une religion, une culture ou des coutumes en portant des tenues couramment associées à l’islam. Dans le domaine scolaire, les restrictions du port de tenues et de signes religieux et culturels ont entraîné l’exclusion d’élèves de confession musulmane. Les musulmans sont parfois critiqués et ne sont pas autorisés à ouvrir de nouveaux lieux de culte uniquement parce que les habitants du quartier s’y opposent», résume le rapport (dont on peut lire une synthèse en pdf ici, l’intégrale – en anglais seulement – là).

Pourtant, «selon le cadre général établi par la directive de l’Union européenne relative à l’égalité de traitement en matière d’emploi, le fait de traiter quelqu’un différemment à cause de sa religion ou de ses convictions constitue une discrimination, sauf si cela correspond à une exigence essentielle et nécessaire du déroulement de l’activité professionnelle», rappelle Amnesty.

Minarets suisses

L’organisation donne aussi son avis sur l’interdiction, française et belge, du port du voile intégral : «L’interdiction de porter des vêtements (…) n’est pas la bonne approche», tranche l’organisation. «Une interdiction générale risque de porter préjudice à l’accès des filles à l’éducation et de violer leur droit de liberté d’expression.»

Sur la question des lieux de culte, le rapport pointe en particulier l’intransigeance de la Suisse, qui «depuis 2010, a spécifiquement ciblé les musulmans avec l’interdiction de la construction de minarets, (…) une initiative qui a introduit dans la loi fondamentale les stéréotypes anti-musulmans et qui viole les obligations internationales».

En conclusion, Amnesty appelle les gouvernements européens «à faire plus pour s’en prendre aux stéréotypes négatifs (…) contre les musulmans, qui attisent les discriminations, essentiellement dans l’éducation et le monde du travail».

http://www.liberation.fr

Admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.