0

Bruxelles: accusé d’islamophobie, un manager est viré de la Stib

« Notre proximity manager a été licencié pour avoir partagé des propos extrémistes, islamophobes et racistes. Il a accompagné ces images de commentaires, ce qui est encore pire. Ce sont des faits très graves pour notre entreprise. Nous sommes donc dans l’impossibilité de poursuivre notre collaboration avec cette personne », a annoncéFrançoise Ledune, porte-parole de la Stib d’un ton ferme.

</p>
<p>

D.R.

Cet ancien gendarme, reconverti en chef patrouilleur depuis 1997 a visiblement dépassé les bornes. Sur son profil Facebook, l’homme véhiculait des idées nauséabondes. «  Nous sommes une société multiculturelle« , souligne Françoise Ledune. « Nous employons 50 nationalités différentes au sein de notre entreprise. Nous attachons donc beaucoup d’importance aux valeurs et à la notion de respect« .

Cette décision fait suite à une convocation au service des ressources humaines, à laquelle l’homme était convié ce vendredi après-midi. De par sa fonction, le proximity manager était tenu de respecter certaines règles, notamment celles qui étaient inscrites dans une note de service de 2007. « Nous avons un code d’éthique et déontologique auquel tous nos membres, doivent bien évidemment se soumettre. Le proximity manager se devait de faire preuve d’exemplarité. De plus, il avait sous sa houlette de nombreux étrangers« , indique la porte-parole de la Stib.

« Nous sommes indignés par les publications de cette personne. Nous avons fait des captures d’écran pour pouvoir prouver ce que nous avancions à la direction« , nous avait déclaré un agent de sécurité. « C’est dingue car plus de 60 % des chauffeurs de tram, bus, métro sont étrangers  », s’exclame-t-il. «  Ce qui n’était pas rassurant du tout en sachant comment pensait ce responsable« .

http://www.lacapitale.be/

Admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.