0

Un comité pour la certification des produits halal : Adaptation aux critères internationaux

Kafia Ait Allouache

Les produits alimentaires « halal » soumis à un contrôle de conformité.

«Les accréditations délivrées aux organismes d’évaluation de la conformité en Algérie seront connues par leurs homologues africains, internationaux et arabes à partir de l’année en cours.»

C’est ce qui a été annoncé par le directeur général de l’organisme algérien d’accréditation Algerac, Noureddine Boudissa, lors de son passage sur les ondes de la radio algérienne, en faisant savoir qu’une délégation internationale est en train d’évaluer les compétences d’Algerac. «On aura les résultats de cette évaluation avant la fin de cette année», a-t-il souligné.
Affichant les ambitions de l’organisme qu’il dirige, le responsable fera savoir que cette évaluation «est un pas très important vers la reconnaissance des autres organismes dans le monde entier». Pour lui, cette certification est d’autant plus importante qu’aujourd’hui, sous la pression de l’internationalisation des marchés, les documents délivrés par des organismes évaluateurs de la conformité (laboratoires, organismes de contrôle, de certification… ) sont de véritables passeports techniques associés à un produit ou service. Ainsi, les produits algériens certifiés par un organisme d’évaluation de la conformité aux normes accrédité par Algerac pourront être exportés en Europe sans être obligés d’obtenir une certification d’un organisme européen.
À ce propos, M. Boudissa a fait savoir qu’Algerac, qui chapeaute pas moins de 2.000 laboratoires sur le plan national qui détiennent une qualification professionnelle avérée pour effectuer des analyses, vérifications et diverses  expertises. «Ils leur suffit juste de se mettre à niveau sur le plan organisationnel, financier et de formation, pour se conformer aux normes internationales et garantir un agrément de notre part», a-t-il expliqué. «Une reconnaissance internationale qui sera délivrée d’ici la fin de cette année», a souligné encore l’invité de la radio, «l’objectif étant de donner plus de crédibilité à nos laboratoires qui sont contraints de s’adapter aux critères internationaux».

Les produits alimentaires  « halal » soumis à un contrôle de conformité

Par ailleurs, Noureddine Boudissa parlera de la mise en place, et ce à partir de cette semaine, d’un organisme public chargé de la certification des produits «halal» et l’installation d’un Comité national pour le suivi du processus de certification et de l’apposition de la marque «halal» sur des produits qui seront définis par ce comité.
Selon le responsable, l’organisme aura pour objectif de maîtriser et de renforcer le contrôle des denrées alimentaires «halal» et de satisfaire l’attente légitime du consommateur musulman quant à l’origine des denrées alimentaires mises en vente et leurs ingrédients.
L’élaboration de ce comité a été décidée suite au nouvel arrêté interministériel fixant les conditions d’apposition de la marque «halal» sur les produits alimentaires exportables mis en place en 2016. Il s’agit d’une mesure qui concernera surtout les produits exportables tel qu’exigé par les clients étrangers. Cela permettra d’avoir un certificat officiel reconnu à l’international. L’arrêté a été élaboré par cinq départements ministériels. Il s’agit des ministères chargés respectivement du Commerce, de l’Agriculture, de l’Industrie, des Affaires religieuses et de la Santé.
Rappelons  que le règlement technique définissant les exigences réglementaires auxquelles doivent répondre les denrées alimentaires «halal» était entré en vigueur, en vertu d’un arrêté interministériel d’avril 2014, dans le sillage du décret de novembre 2013 relatif à l’information du consommateur. Il a pour objectif de maîtriser et de renforcer le contrôle des denrées alimentaires «halal» et de satisfaire l’attente légitime du consommateur musulman quant à l’origine des denrées alimentaires mises en vente et leurs ingrédients. Par ailleurs, et s’exprimant sur l’importance du contrôle des produits par les laboratoires, l’intervenant a souhaité voir une grande intégration de plusieurs secteurs dans le programme de l’organisme d’accréditation qui se base sur la mise en place d’un réseau de laboratoires multidisciplinaires, ce qui permettra d’approuver plus facilement la conformité des produits.

http://www.elmoudjahid.com

Admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *