0

En France, la polémique sur la viande halal continue

Par Benjamin Billot

Nicolas Sarkozy a visité le marché de Rungis ce mardi 21 février. Une visite surprise en réaction aux propos de Marine Le Pen ce samedi qui affirmait que 100% de la viande distribuée en Ile-de-France était d’origine halal.

Le président français, Nicolas Sarkozy (C) parle avec les bouchers lors de sa visite du marché de Rungis près de Paris, le 21 février 2012.

Le président français, Nicolas Sarkozy (C) parle avec les bouchers lors de sa visite du marché de Rungis près de Paris, le 21 février 2012.

REUTERS/Philippe Wojazer

Marine Le Pen a provoqué les bouchers. En affirmant, samedi, que toute la viande consommée en Ile-de-France était d’origine halal, elle a contribué à brouiller une image que les professionnels de la viande en France tentent de soigner.

Ils ont donc réagi, comme un seul homme, pour expliquer que si les abattoirs d’Ile-de-France abattaient en effet leurs bêtes selon le rite halal, ils ne fournissaient qu’un pourcentage « insignifiant » de la viande consommée dans la région.

La réaction de Nicolas Sarkozy n’a pas tardé. Le candidat de l’UMP s’est rendu ce mardi matin sur le marché de Rungis, le principal fournisseur de viande de la région parisienne, pour y répéter le refrain entendu tout le week-end : « La polémique n’a pas lieu d’être. On consomme chaque année en Ile-de-France 200 000 tonnes de viande et il y a 2,5% de viande casher et halal ».

Une manière de reprendre la main sur le débat et de pointer l’erreur de la candidate du Front national. Lundi soir, le ministre de l’Agriculture Bruno Le Maire avait déjà amorcé la riposte en dénonçant les « mensonges grossiers » de Marine Le Pen.

Il a rappelé qu’un décret avait été adopté il y a « quelques jours » pour « mettre d’avantage d’ordre dans l’abattage rituel en France ». Ce décret prévoit « un régime d’autorisation préalable, avec une formation des sacrificateurs, et des contrôles sanitaires plus stricts, et avec l’obligation d’avoir un bon de commande pour pouvoir procéder à l’abattage rituel ». Des mesures qui devraient garantir, selon le ministre, la « traçabilité totale des animaux et de la viande halal ».

Marine Le Pen persiste

Marine Le Pen a persisté pourtant mardi matin : « Il ne s’agit pas d’une polémique, mais d’un problème fondamental. Le fait qu’une majorité de Français soient trompés sur la marchandise qu’ils achètent n’est pas une polémique anodine ».

Elle a même tenté d’effacer son erreur par une pirouette sémantique : « 100% des bêtes abattues en Ile-de-France est halal, et 100% de la viande est suspecte, puisqu’on ne sait pas ce qui est halal et ce qui ne l’est pas ». Le problème pointé par la présidente du FN est en fait la distribution – réelle mais peu répandue – de viande halal dans le circuit classique, sans que le mode d’abattage soit identifié.

La polémique provoquée par Marine Le Pen reste pour l’heure circonscrite entre le FN et l’UMP, les autres candidats à l’élection présidentielle n’ayant pas encore réagi.

http://www.rfi.fr/

Admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.