0

ESRA, quand l’Iran introduit le concept du jeux vidéo Halal

Posté par Dereck

L’annonce date du 29 novembre, mais c’est seulement maintenant qu’elle frappe le web occidental de plein fouet. A Dubai, lors d’une conférence de Presse faite à l’occasion du Dubai World Game Expo, un porte-parole d’Index Holding a annoncé la création d’un nouvel organisme de classement des jeux vidéo, en collaboration avec l’INFCG / Iran National Foundation of Computer Games. Le groupe, nommé ESRA / Entertainment Software Rating Association a ainsi été présenté par Anas Al Madani, VP d’Index Holding et par le Dr Behrouz Minaei, DG de l’INFCG.

La nomenclature de l’ESRA a été établie par une équipe de chercheurs au sein de l’INFCG, en fonction de critères intimement liés au valeurs musulmanes. Il est donc question, comme l’ESRB, de déceler la représentation de tabagisme, d’alcolisme, de violence ou de sexualité pour proposer une classification et « maintenir l’équilibre psychologique des enfants et des joueurs ». Néanmoins, le Dr Minaei rappella que l’ESRA a choisi une approche de l’Islam tourné vers l’inné – Al Fitra – et que « les plus importantes valeurs innées sont la vérité, la vertue, la générosité, l’excellence, l’innovation et la créativité« . Il précisa également que l’équipe de chercheurs qui ont étébli le classement avaient des connaissances approfondies en religion, psychologie, sociologie ou pédagogie, afin de travailler sur un système murement réfléchi.

La méthodologie de l’équipe s’est basée sur les autres types de classement en vigueur pour en dégager 7 domaines, puis pour distinguer les catégories d’âge et mettre en place un processus d’évaluation. La nomenclature obtenue serait ainsi dans en accord avec « la culture, la société et les valeurs particulières de l’Islam« . Ce à quoi le Vice-Président d’Index Holding a ajouté que « l’ESRA fonctionnera comme un indicateur pour les entreprise de jeux video, afin de savoir si le jeu est en phase avec les valeurs musulmanes, et ne viole aucune des traditions musulmanes des pays musulmans« . Son intervention ne s’est pas faite sans qu’il confirme que ce classement « maintiendrait l’aspect conservateur de l’Islam auprès des enfants et de la société en général« .

La conférence n’est en fait l’annonce que de la forme finale de l’ESRA. L’organisme existe en réalité depuis 2007, et l’équipe de 17 psychologues et 8 sociologues mandatés pour concevoir les bases du système ont déjà commencé à classer des jeux depuis 2009 en vue du lancement. Le fait que l’INFCG collabore avec Index Holding, connu pour son implantation dans le moyen orient, et dans le monde arabe dont le Maroc, est une démarche visant à encourager les autres pays musulmans à appliquer les normes de l’ESRA.
Celles-ci comprennent des facteurs propres à la religion musulmane, comme la peur, la désespoir lié à la sensation d’avoir commis un pêché à travers le jeu, mais aussi la violation des normes sociales comme la vulgarité ou la violation des valeurs religieuses. Cette dernière catégoriecouvre le blasphème, la désacralisation des lieux de culte, la représentation du paradis ou de l’enfer. Le classement, quant à lui, regroupe 6 tranches d’âge, la 18+ et la 25+ faisant la différence entre l’adulte célibataire et l’adulte marié.

Par conséquent, certains titres sont simplement considérés interdits, comme Alone in the Dark, Left 4 Dead, Assassin’s Creed II, Dark Corners of the Earth, Grand Theft Auto 4. Ce qui semble logique dans ce contexte, mais on trouve d’autres jeux qui posent question, comme Red Dead Revolver, Uncharted 2, Crazy Taxi, Tony Hawk 8, Dead or Alive, Batman Arkham Asylum ou des titres comme NBA 2K10, Tiger Woods 10 ou Sega Sports Tennis. Coraline ou La Princesse et la Grenouille de Disney, étonnamment, en font partie.

L’avènement d’un classement tourné vers la religion musulmane serait pour certains un juste retour des choses, par opposition aux classement PEGI ou ESRB, dont la culture judéo-chrétienne conditionne peut-être le jugement. Il n’empêche qu’il s’efforcent de rester laïcs dans leur appréciation des contenus, contrairement à l’ESRA, qui tire ses valeurs morales directement du Coran. Malgré la bienveillance affichée par l’INFCG, ce classement est le prolongement du prosélytisme favorisé par des groupes comme Index Holding, et de la politique iranienne sur le filtrage des contenus et des produits culturels.

L’emballage est moderne, le contenu du paquet reste médiéval. L’ESRA n’est pas un outil de prévention mais plutôt un outil de contrôle insidieux, qui mélange politique, religion et morale afin de reformater la consommation de la culture des pays voisins. Il oriente, il réduit l’accès à la culture. Le modèle n’a plus qu’à s’appliquer pour les films, les livres, jusqu’à ce que tout le moyen orient, puis le Maghreb, pensent comme l’Iran.

http://jeuxvideo.fluctuat.net/

Admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.