0

Face à l’islamophobie, il y a toujours autant de Justes en France (2/3)

Marek Halter

Imaginez, dans ce contexte, ce que peut ressentir une communauté – qui représente tout de même environ 10% de la population (même si faute de statistiques ethniques autorisées, ce chiffre reste à affiner) – confrontée à une hostilité grandissante. Propos anti-musulmans ou anti-Arabes, peu importe. L’une des raisons qui explique une telle poussée de xénophobie est évidemment à chercher dans la crise actuelle.

Le fait est, et depuis toujours, quand tout va bien, vous n’avez aucun problème avec votre voisin, qu’il soit noir, arabe ou juif. Rien ne vous amène à penser qu’il mange le pain censé vous nourrir.

La crise aidant, les regards changent imperceptiblement , les relations se durcissent, l’autre devient menace. Une évolution presque inévitable… Et si ces réaction de malveillance ne s’expriment pas davantage, c’est grâce aux lois qui sanctionnent tout appel à la haine raciale.

Au-delà, ces ressentiments existent bel et bien. Et sont, plus que jamais, partagés.

Chose qui n’arrange rien, notre pays, non seulement, ne reconnaît pas les communautés, mais ne les valorise pas non plus. Cela serait pourtant si facile à l’école de rappeler, en quelques mots, l’apport du monde arabe à la civilisation judéo-chrétienne. En évoquant par exemple, le rôle essentiel joué par les Arabes dans l’élaboration des mathématiques. Ce sont des petites choses mais ces marques d’intérêt envers leurs aïeux aideraient également les enfants, issus de l’immigration, à s’intégrer dans la société actuelle.

Et encore! Là aussi, cela pose problème. Car, dans notre République, nous ne réclamons pas l’intégration – ce qui suffit largement aux Allemands à l’encontre des Turcs -, mais bien plus encore: nous exigeons l’assimilation. Nous attendons d’eux qu’ils deviennent des Français de souche. Dans les classes, il n’y a pas encore si longtemps, on enseignait ainsi  «Nos ancêtres, les Gaulois»!

Il y a donc, et je me répète, un véritable problème. Mais d’où vient-il? Observation anecdotique mais symbolique à plus d’un titre : avec la mondialisation, les six millions de Français d’origine arabe n’ont plus le regard focalisé sur la télé française, ils suivent aussi d’autres chaînes étrangères. Aux yeux de beaucoup, ils se mettent, dès lors, en marge de la société. La crise économique sapant la cohésion nationale, tout cela nourrit la haine. Et ce d’autant plus, que certaines politiques n’hésitent pas à instrumentaliser ces préjugés.

http://www.halalmagazine.com/

Admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.