0

La loi autrichienne sur l’islam, un modèle pour la France ?

Par Joëlle Stolz (Vienne, correspondante)

minaret a vienne

Encadrer la pratique et l’enseignement de l’islam afin de prévenir les dérives radicales sans porter atteinte aux libertés, tel est l’enjeu de la loi adoptée, fin février, par le Parlement autrichien, qui organise les droits et les devoirs des musulmans. Elle est étudiée en Allemagne et en Suisse – ainsi qu’en France, où la relation de l’Etat au fait religieux est très différente. Cette loi autrichienne peut-elle être un modèle pour la France dont le régime est fondé sur la loi de 1905 de séparation des Eglises et de l’Etat ?

L’élément-clé du nouveau dispositif consiste dans l’obligation, pour toutes les institutions musulmanes, à dater d’avril 2016, d’assurer elles-mêmes leurs frais de fonctionnement – notamment le salaire des imams. Jusqu’alors, un tiers environ d’entre eux étaient payés par l’Etat turc. Même s’ils ne posaient aucun problème de sécurité – on dit que le texte des prêches du vendredi arrivait par fax d’Istanbul –, Vienne estime dans l’intérêt des croyants de ne plus dépendre d’un gouvernement, extérieur à l’Union européenne, dont la nature peut varier au gré des péripéties politiques.

L’Autriche-Hongrie a été le premier pays européen à reconnaître l’islam, en 1912. Il s’agissait alors d’intégrer la population musulmane de Bosnie-Herzégovine, annexée en 1908. Mais cette loi était restée un cadre vide, la première guerre mondiale, puis l’effondrement de la monarchie des Habsbourg ayant empêché que soient publiés les décrets d’application.

Des cours de religion musulmane

Or, depuis un demi-siècle, grâce aux vagues d’immigration…

http://www.lemonde.fr/

Admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.