0

La solidarité dopée par le ramadan

MARGAUX AGNÈS, PARIS

Une campagne d’affichage du Secours Islamique France à Paris.

Mois de jeûne et d’une pratique plus assidue de la religion, le ramadan est aussi une période de solidarité et de partage, grâce à la collecte de la zakât al fitr. Cette dernière, ressource importante des associations musulmanes, leur permet d’organiser des repas de solidarité pour les plus démunis.

Un hadith bien connu dit que « la meilleure aumône est celle qui est donnée pendant le mois de ramadan. » De fait, les musulmans sont particulièrement généreux à cette période de l’année, par respect des prescriptions religieuses. Mais se priver de repas toute la journée permet aussi de développer une certaine empathie envers ceux dans le besoin. Les actions de solidarité sont alors plus nombreuses et répondent à l’esprit de partage et de convivialité du ramadan. Le Secours Islamique France mise particulièrement sur cette période, comme on peut le voir sur son site internet où un appel aux dons est organisé. Une grosse partie des fonds de l’association est d’ailleurs récoltée pendant le mois de ramadan. Une part que le directeur du département développement des ressources financières Khaled Gouider estime à un tiers de la collecte annuelle. Les grandes causes humanitaires telles que la famine en Somalie cette année ou les inondations au Pakistan l’année dernière bénéficient alors d’importantes ressources.

Des actions pour recréer l’esprit du ramadan

Au-delà de l’aspect financier de la récolte des dons, les associations s’emploient aussi à recréer l’ambiance du ramadan pour ceux qui ne peuvent pas profiter pleinement de cette fête par manque de moyens. Le Secours Islamique organise ainsi chaque année un restaurant solidaire, « Les tables du Ramadan » à Saint-Denis où 200 repas sont servis chaque soir dans une ambiance chaleureuse. 4000 colis alimentaires spécial ramadan sont également livrés aux détenus d’Ile-de-France qui en ont fait la demande. Ils ne sont pas réservés aux musulmans mais permettent à ceux qui font le jeûne de le rompre avec des produits comme des dattes, de la chorba ou de la harira. Le fait qu’une équipe de bénévoles se rende sur place pour la distribution permet des moments de partage avec les détenus. L’association Motif en région lyonnaise veille également à faire du ramadan un moment de convivialité pour les plus nécessiteux. Ses bénévoles se rendent dans des pays comme la Mauritanie ou le Kirghizistan pour préparer la fête de l’aïd al fitr auprès des populations locales, en collaboration avec des associations sur place. Beaucoup de mosquées sont dans la même logique en organisant chaque soir l’iftar pour les plus nécessiteux. C’est le cas de la mosquée de Vigneux-sur-Seine (Essonne).

Des repas pour célibataires et convertis

Proche d’elle, mais tout en restant statutairement indépendante, l’association Passerelle vigneusienne créée en 2007 a différentes activités sociales et humanitaires annuelles telles que la distribution de colis alimentaires à une quarantaine de familles (sans distinction de religion), l’aumônerie en prison et à l’hôpital, des collectes et distributions de produits de santé pour des pays pauvres essentiellement en Afrique. Tous les soirs pendant le ramadan, la mosquée de Vigneux-sur-Seine organise par ailleurs le repas de rupture du jeûne à la fois pour ceux qui n’en ont pas les moyens, et pour ceux qui n’ont pas de famille avec qui le partager comme les célibataires ou les convertis. Après la prière, ce sont alors entre 30 et 50 personnes qui profitent chaque jour d’un repas préparé par des bénévoles, dans une ambiance de partage et de convivialité caractéristique du ramadan.

http://fr.zaman.com.tr

Admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.