0

Les racistes de l’Europe ont changé leur fusil d’épaule

par Mylène Vandecasteele

             

Un tribunal parisien va rendre cette semaine son verdict pour les insultes antisémites que John Galliano, le styliste de la maison Dior, a proférées contre deux personnes dans un café parisien. L’Europe est-elle toujours aussi antisémite, aujourd’hui ? se demande Simon Kuper, dans le Financial Times. Oui, si l’on en croit les sondages. Ainsi, une enquête réalisée auprès de 8000 Européens dans 8 pays, nous apprend que :

– 69% des Hongrois sont d’accord avec l’idée selon laquelle « Les Juifs ont trop d’influence en Hongrie »

– La plupart des Portugais, un quart des Français, des Allemands et des Britanniques pensent que « Rien ni personne ne compte pour les Juifs, si ce ne sont leurs semblables »

– 72% des Polonais, et presque la moitié des Allemands estiment que les « Juifs essayent de tirer profit de leur statut de victimes de la période nazie ».

Il y a deux ans, lors d’une enquête réalisée avec 3500 participants dans 7 pays européens, la ligue anti-diffamation américaine avait trouvé que :

– 31% des sondés européens rendaient les Juifs responsables de la crise économique internationale

– 74% des répondants espagnols pensaient que « les Juifs avaient trop de pouvoir sur les marchés financiers »

– La plupart des Autrichiens pensent que « les Juifs parlent encore trop de l’Holocauste ».

Erik Bleich, un scientifique politique du Middlebury College dans le Vermont, auteur de « The Freedom to Be Racist? » (La liberté d’être raciste ?), estime cependant que peu d’Européens de nos jours font une fixation sur les Juifs, et que les réponses à ce type de sondages donnent une vision exagérée de la réalité de l’antisémitisme. Les partis d’extrême droite de l’Europe en donnent une démonstration : en France, Marine Le Pen donne l’accolade aux Juifs. Gert Wilders, aux Pays-Bas, qui a vécu autrefois dans un kibboutz, adore Israël. L’année dernière, Filip Dewinter, comme Heinz-Christian Strache, le leader du Parti de la Liberté en Autriche, et les Démocrates suédois, se sont rendus au mémorial de Yad Vashem en Israël pour commémorer l’Holocauste.

En clair, les extrémistes de droite ne sont plus antisémites ; car maintenant, ils ont un autre os à ronger : l’islamophobie.

http://www.express.be/

Admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.