0

« Nous sommes la Nation », la campagne pour lutter contre l’islamophobie

Le Collectif contre l’islamophobie en France a lancé mercredi une campagne pour « dénoncer les préjugés, les attitudes islamophobes et les discours stigmatisants ».

Affiches sur le périph’ parisien, spots radio, site internet… Le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) a lancé mercredi une campagne de sensibilisation sur le racisme et l’islamophobie intitulée « Nous sommes la Nation ».

D’une durée prévue de un mois, elle vise à « dénoncer les préjugés, les attitudes islamophobes et les discours stigmatisants qui divisent les citoyens plutôt que de les rassembler, alors que notre pays traverse une période difficile sur le plan social et économique », explique l’association dans un communiqué.

« L’islamophobie rampante »

Une des trois affiches de la campagne revisite le tableau « Le serment du Jeu de Paume » de David. Dans la foule de citoyens se saisissant de drapeaux français, apparaissent des hommes et des femmes, certaines voilées, des « Françaises et Français musulmans (qui) revendiquent leur pleine appartenance à la Nation, la pleine compatibilité de leur citoyenneté et de leur pratique religieuse », selon le CCIF. La campagne « permettra de dépasser les discours pour convoquer, dans l’opinion publique, la prise de conscience sur une réalité souvent difficile », selon le CCIF.

« Nous ne parlons pas de choses abstraites ou de chiffres, mais de vies humaines détruites. Notre pari est qu’une opinion plus informée sur l’islamophobie et sur ce que vivent nos compatriotes musulmans, réagira aux mesures politiques et aux messages médiatiques erronés et stigmatisants », rappelle l’association créée en 2003 « en réaction à l’islamophobie rampante » en France. L’association veut montrer par ailleurs que « le musulman n’est pas forcément maghrébin ».

http://lci.tf1.fr

Admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.