1

Un défilé en robes d’apparat pour financer la mosquée d’Aubervilliers

Nathalie Revenu

Défilé Robe musulmane

AUBERVILLIERS, samedi Le défilé des mariées, clou du salon de la famille, destiné à lever des fonds pour la future mosquée. (LP/N.R.)

Trouver des fonds pour financer la construction de mosquée demande pas mal d’imagination. Après les traditionnelles collectes sur les marchés, les souscriptions auprès de la communauté, l’Association des musulmans d’Aubervilliers (AMA) a expérimenté ce week-end une nouvelle formule : son premier « Salon de la famille », avec défilés de mode en tenue d’apparat, stands de vêtements plus traditionnels et tout l’univers de la beauté orientale.

 AUBERVILLIERS SALON DE LA FAMILLE MUSULMANE
Aubervilliers, samedi. Dounia, en tenue de mariée. (LP/N.R.)

Harrar Chiheb, le président de l’AMA, ne cache pas le double objectif : « Nous voulons communiquer sur le projet de mosquée, et aussi donner une image plus positive des musulmans ». Le futur lieu de culte, d’un coût estimé de 8 M€, doit être construit dans le quartier Fort-Chemin-Vert. Pour l’instant 1 M€ a été levé. L’AMA espère signer le bail définitif avant la mi-juin et dans la foulée déposer le permis de construire, juste avant le début du ramadan.

 

 

En milieu de journée samedi, déjà 250 femmes s’étaient acquittées de la somme de 1 € pour pénétrer sous un chapiteau de cirque transformé en palais des Mille et une Nuits.

Dans les coulisses du défilé, les modèles se glissent dans des robes de mariée immaculées. Ravissante dans sa robe bustier, Dounia, gardien de la paix dans le civil, s’en remet aux mains expertes d’Inda. Cette dernière estnegafa, une professionnelle des mariages, installée à Drancy : « Je prépare les mariées de A à Z, du maquillage à la coiffure et je les habille ». Pendant les noces, elles changeront quatre à cinq fois de tenue. « Nous sommes les reinesce jour-là », sourit Dounia.

AUBERVILLIERS SALON DE LA FAMILLE MUSULMANE

Aubervilliers, samedi. Dans les coulisses du défilé. (LP/N.R.)

À ses côtés Anissa et Myriam arborent des tenues de princesses aux décolletés plongeants, et des diadèmes dans leur chevelure. Elles sont fin prêtes pour s’avancer sur le podium. Dans le public, d’autres femmes, coiffées d’un foulard, les applaudissent à tout rompre. La manifestation était réservée à un public exclusivement féminin, comme le stipulait le flyer d’invitation. « La mode et la beauté c’est l’apanage de la femme, explique un responsable. C’est une sphère plus intime ».

http://www.leparisien.fr/

Admin

Un commentaire

  1. as salamerlikoum , je ne me permettrait pas d’être insultante à l’encontre de ces jeunes femmes, bien que leur projet est salutaire,
    néanmoins la fin ne justifie pas les moyens, malgré leurs bonnes intentions , il est important que ces jeunes femmes préservent leur pudeur , si leur défilé servira pour la bonne cause , qu’elles puissent donc alors continuer en ce sens,

    non se dévêtir pour couvrir les fonds d’une je l’espère prochaine construction de leur lieu de culte.

    n’oubliez pas QUE DIEU dit dans son Livre Saint que la femme doit pour sa sécurité et son respect observer l’habit et le comportement de pudeur et ce de même pour l’homme (sourate la lumière(an-nour)).

    Et si un journal comme le vôtre à pu prendre quelques photos , je note ici que la pudeur n’a pu être respecté et je n’imagine pas le reste du public qui a du s’en donner à cœur joie, musulmanes ou non.

    cordialement.
    (ps: les responsables du projets auraient dû veiller à observer la pudeur de ces dernières , même si cela ne les dérangeaient pas car ce n’est pas cela la religion,
    même si il s’agissait ici de dons.)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.